Incroyable, cet homme a vendu un nouveau-né à 15000 F

0 289

 

Un nouveau-né enlevé en fin janvier a été vendu par la suite à 15000 F. C’est le commissariat du 4ème arrondissement de DALOA qui a été saisi par dame KOUAKOU A. J., 35 ans, ménagère, d’un cas d’enlèvement d’un nourrisson de deux semaines au quartier Tazibouo 40 Logements.

La dame possédant le nouveau-né a connu sa mésaventure dans un taxi. Le conducteur a fait sortir un couteau et, aidé par une prétendue cliente assise à ses côtés, a arraché le bébé à la dame.

Les habitants du quartier, alertés par les cris des deux dames, ont brisé le pare-brise avant côté conducteur du véhicule.

Une opération de Police impliquant les acteurs du transport a été lancée, avec des barrages à la recherche du bébé. Le lendemain de l’enlèvement, aux environs de 10 heures, le taxi incriminé a été retrouvé par le Commissariat de Police du 2ème arrondissement dans un garage à Daloa, quartier Orly-Grandes Endémies.

Le 07 Février 2020, le Commissaire du 2ème arrondissement de Daloa a reçu un agent des Gardes Pénitentiaires en service à Bondoukou et son épouse BAKAYOKO M., 24 ans, Ivoirienne avec un bébé correspondant à la description de l’enfant recherché. Selon cet agent des Gardes Pénitentiaires, il a été informé par son épouse le mercredi 29/01/2020 à 23 heures de l’accouchement d’une fillette.

Très heureux, il a demandé un congé annuel. Arrivé à son domicile, il a trouvé l’attitude de son épouse douteuse face à ce bébé. Il a alors demandé à voir les documents de l’hôpital afférents à l’accouchement mais celle-ci n’ a pu les présenter. Après plusieurs questions, elle a fini par avouer qu’après sa fausse couche survenue le 05/01/2020 au CHR, le chauffeur de taxi qui l’a conduite à son domicile lui a fait la promesse de lui trouver un enfant.

C’est ainsi que le jour de l’enlèvement, Daouda, l’auteur de l’enlèvement l’a contacté pour lui remettre l’enfant au niveau du centre artisanal de DALOA, moyennant la somme de quinze mille (15.000F) CFA. Interrogée à chaud, la nommée BAKAYOKO M., soutient les mêmes déclarations qu’elle a faite à son époux. Le nourrisson a formellement été identifié par les victimes et leur a été remis.

Avec Yeclo

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Translate »

Faites-vous connaître