Take a fresh look at your lifestyle.

Togo : le ministère de l’action sociale, finalement invisible ?

0

 

Le département de l’action sociale est rattaché au ministère de la promotion de la femme et de l’alphabétisation. Depuis 5 ans, on entend très peu parler de ce ministère. Ses actions se comptent au bout du doigt sur le terrain. Ce qui n’est pas du tout louable pour un ministère censé être au côté du peuple et rediriger les aides de l’État vers lui.

Ses missions sont de plusieurs ordres. Il s’agit d’organiser l’assistance de l’Etat aux personnes vulnérables ou démunies, s’assurer que les programmes d’alphabétisation, de post alphabétisation et d’éducation non formelle élaborés sont en adéquation avec les besoins de formation des jeunes et des adultes, initier des actions visant à atteindre les exclus du système d’éducation formelle, réaliser des études périodiques susceptibles d’orienter ou de réorienter la politique du gouvernement et les actions des organisations non gouvernementales, des associations et des partenaires, assurer la mise en œuvre de la politique de l’Etat en matière de promotion du genre et de l’autonomisation de la femme, entre autres.

Dans sa nouvelle parution, le journal Fraternité fait des constats. D’abord, ce ministère n’a introduit aucune proposition de loi ou de projet d’envergure portant son sceau et allant dans l’intérêt des femmes.

La ministre  » Tchabinandi Kolani Yentcharé ne se fait voir que lors des rares cérémonies de remises de don à certains sinistrés ou encore à l’occasion des journées internationales concernées par son déplacement où elle délivre des messages souvent sans suite. Des messages dans lesquels, elle se limite à faire la liste des actions du gouvernement sans de nouvelles propositions » , souligne le journal.

C’est l’occasion pour le ministre, en ce temps de pandémie de faire des études sur l’impact de la crise sur les femmes, la baisse des activités, les violences, entre autres.

Laisser un commentaire

Traduction »