Take a fresh look at your lifestyle.

Politique : «  Après le Mali, à qui le tour ? »

0

Le coup d’état au Mali met tous les autres pays de l’Afrique de l’ouest dans une situation de prudence. Tout le monde est sur le qui-vive et scrute autour de lui. C’est un appel subtile lancé en direction de tous les chefs d’Etat qui aiment s’accrocher au pouvoir, enrichir une minorité au profit du peuple qui croupit dans la pauvreté extrême.

Ce ne sont pas les analystes Youenn Gourlay(Abidjan), Théa Ollivier(Dakar) et Ahmed Tarnane (Niamey) qui diront le contraire. Dans les colonnes du journal le Monde, ils ont évoqué ce sujet. La Côte d’ivoire fait partie de ces pays qui doivent en réalité craindre qu’un pareil coup ne soit répété. Déjà, l’ancien chef rebelle ayant aidé Alassane Ouattara à venir au pouvoir est accusé de tentative de déstabilisation. Il est contraint à l’exil en France depuis décembre. « J’espère qu’Alassane Ouattara voit bien ce qui se passe, comme un avant-goût », résume la militante suisso-camerounaise Nathalie Yamb, farouche opposante du président Ouattara.

Au même moment, d’autres journaux envoient une alerte au président Macky Sall du Sénégal qui songerait à briguer un troisième mandat. Même signal rouge en direction de la Guinée avec Alpha Condé que ses militants ont d’ailleurs appelé à se présenter une troisième fois.

« Les raisons profondes de la crise malienne se retrouvent ailleurs en Afrique de l’Ouest. Nous sommes sur un volcan. Après le Mali, à qui le tour ? », se demande le militant des droits humains Alioune Tine.

Une visioconférence des dirigeants de la Cédéao sur « la situation au Mali » est prévue ce jeudi.

 

 

Laisser un commentaire

Traduction »