La monnaie Eco aura du mal à être acceptée dans la CEDEAO

0 795

 

La disparition progressive du F CFA est un processus qui paraît unilatéral. Elle est décidée seulement par la France et ses anciennes colonies alors qu’en Afrique de l’ouest , il n’y a pas que cette monnaie qui soit utilisée.

Il y a des raisons qui démontrent que la monnaie a peu de chance de faire l’unanimité. Elle risque simplement d’aller à l’encontre de la vision communautaire sinon commune d’avoir une monnaie forte au sein de la CEDEAO.

On se rappelle encore à Abuja , du communiqué de la Communauté dénonçant la façon subtile de
renommer « unilatéralement » le franc CFA en ECO. Dans le cadre de la Zone monétaire ouest-africaine (ZMAO), le Nigeria et cinq autres pays de la CEDEAO prennent le contre-pied de la décision de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Plus loin, les gouverneurs de banques centrales et ministres des Finances des cinq pays anglophones de la CEDEAO (Nigeria, Ghana, Liberia, Sierra Leone, Gambie) plus la Guinée avaient reconnu la non- conformité de la déclaration des pays francophones vis-à-vis des décisions de la CEDEAO visant à adopter une monnaie unique pour tous les 15 pays de la région.

En clair, il y a un flou entre la monnaie Eco dont parle la France, destinée à l’UEMOA et celle de la CEDEAO dont les premières idées remontent à 30 ans en arrière.

Le Nigéria représente à lui seul 70% du PIB de la région. Il serait très compliqué que tous les membres de la CEDEAO acceptent l’Eco. C’est dire que la Naira et le Cedi ne pourront pas aisément être laissés au profit de l’Eco.

La suite risque d’être mouvementée.

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Translate »

Faites-vous connaître