Take a fresh look at your lifestyle.

La CEDEAO réaffirme ses exigences envers la junte malienne

0

Réunis ce mardi 15 septembre 20 à Accra, lors d’un mini-sommet axé sur la crise malienne,  les chefs d’Etat de l’organisation sous-régionale se sont penchés sur le cas malien. Ils se sont montrés intransigeants vis-à-vis de la délégation des putschistes conduite par le colonel Assimi Goita quant à l’issue de la transition.

La nomination dans un bref délai d’un président de la transition et d’un premier ministre civils reste maintenue. Cette action permettra de débloquer d’autres facilités dont la poursuite des échanges économiques avec les autres pays de la sous-région y compris le rétablissement des rapports avec la Banque centrale.  On y ajoute la dissolution du CNSP (conseil national pour le salut du peuple) dès après le démarrage de la transition, qui sera dirigée par un civil.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont pu rencontrer le chef de la junte, Assimi Goita au Ghana. La CEDEAO est toujours aussi dure et intraitable sur ses positions. Pas question d’accepter que les militaires conduisent la transition. Cette position qui n’est pas nouvelle vient encore d’être réitérée. Les chefs d’Etat de la CEDEAO se félicitent du départ de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita vers les Emirats arabes unis.

La CEDEAO maintient ses sanctions tout en prenant acte de la durée de la transition qui sera de 18 mois à compter de ce mardi 15 septembre.Les sanctions ne seront levées qu’après la nomination du Président et du premier ministre de la transition. Le mini sommet invite toutes les parties prenantes maliennes à travailler ensemble pour le retour rapide à l’ordre constitutionnel au Mali.

 

Laisser un commentaire

Traduction »