Take a fresh look at your lifestyle.

La CEDEAO évoque l’option militaire pour dégager les dictateurs

0

 

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest est résolue à faire usage de la force. Cela dépendra de l’urgence de la situation. En tout cas, le président nigérian n’est pas passé par 4 chemins pour se faire comprendre. Il a clairement dit aux pays qui ne veulent pas de l’alternance que leur durée de vie est comptée, évoquant une option militaire pour remettre chacun à sa place.

Cette déclaration a été faite lors d’une visite au Ghana par le général Muhammadu Buhari.

«… L’option militaire face au refus de l’alternance ne serait plus une idée, mais une règle qui s’imposera à nous tous… Un peuple ne peut se plier aux caprices d’une minorité d’hommes qui foulent aux pieds les bases de la démocratie. Et les regarder faire serait une complicité de notre part…» a martelé MUHAMMADU BUHARI.

Cette mise en garde signifie que la CEDEAO n’hésitera pas à envoyer ses forces militaires dans certains pays membres. L’organisation a failli faire ce coup à la Gambie quand le président vaincu, Y. Jammeh a voulu troubler la quiétude du pays. Il a failli qu’il se ressaisisse pour que l’armée de la CEDEAO se retire de la frontière gambienne.

En effet, la Communauté a une Force en attente de la CEDEAO (FAC). C’est une force multidisciplinaire composée de militaires, de policiers et de civils issus des États membres de la CEDEAO.

Laisser un commentaire

Traduction »