Take a fresh look at your lifestyle.

La Banque de France veut aussi fabriquer l’Eco

0

Qui l’aurait cru ? La France veut toujours imprimer l’Eco au cas où le FCFA venait à disparaître à jamais. En tout cas, les patrons de la Banque de France ne sont pas passés par quatre chemins pour exprimer avec clarté leur volonté.

Sur France 3, Vincent Bonnier, directeur général de la fabrication des billets au niveau de la Banque de France tend la main aux Etats africains. Il s’adresse directement à tous ces Etats qui dépendent du FCFA et de façon générale ceux qui sont acceptés d’utiliser l’Eco. Il souhaite que ce soit son imprimerie de Chamalières qui garde ce gros et juteux marché.

Pour faire simple, les Français ont peur de frôler une grave crise si jamais la confection de cette monnaie est confiée à une entreprise en Afrique ou hors. Ils ont « accepté » certaines conditions des Etats d’Afrique comme le retrait des Français du conseil d’administration de l’UMOA, et l’arrêt de la centralisation de 50% des réserves de change des pays de la zone CFA au trésor français.

« Nous leur avons indiqué que nous étions disponibles pour travailler sur une nouvelle gamme de billets. Pour l’instant, le projet est encore au stade des réflexions menées par les autorités politiques et monétaires africaines », confie Vincent Bonnier. Il a aussi précisé que les premiers billets de la commande 2021 de la BCEAO commenceront à être imprimés à l’imprimerie de Chamalières entre  septembre et octobre.

Depuis de nombreuses années, le FCFA est assimilé à tort ou à raison à une nouvelle forme de colonisation en Afrique. D’ailleurs, le nom en dit long. FCFA signifiait au départ Franc des colonies françaises d’Afrique pour devenir franc de la Communauté financière africaine. Tout compte fait, il est considéré comme un vestige de la colonisation.

 

Laisser un commentaire

Traduction »